Comment VRAIMENT choisir sa société de portage salarial ?

Nous réagissons cette semaine à la publication de l’un de nos confrères, acteur établi parmi les sociétés de portage salarial historiques. Le thème de l’article est « Comment choisir sa société de portage salarial». L’article ressort sur la première page de recherche Google.

Le sujet est intéressant. Il est en revanche traité, et on le comprend bien, de sorte à comprendre, « comment choisir une société de portage salarial comme nous », voire « comment nous choisir ». C’est de bonne guerre et on ne leur en fera pas grief.

L’analyse des arguments avancés pose cependant plusieurs questions. La première, immédiate, concerne le travail du contenu qui ressemble à un empilement de mots-clés assemblés pour parler à notre ami Google non à de vraies personnes. La seconde tient plus à la validité des arguments. Aussi nous proposons-vous un décryptage de l’article.

L’auteur propose d’établir les critères de sélection sur la base de 6 critères :

  1. L’étude financière de la société de portage salarial
  2. La richesse des services et des avantages proposés par la société de portage salarial
  3. Les frais de fonctionnement de portage proposés par l’entreprise
  4. Le niveau d’expérience de la société de portage
  5. La côte de la société de portage auprès des entreprises clientes
  6. L’appartenance de la société de portage à un syndicat reconnu

Descendons-les un à un.

  • L’étude financière de la société de portage salarial

L’auteur rappelle que les sociétés de portage salarial sont des entreprises comme les autres, qui doivent avoir une santé financière quasi-irréprochable, et que cette mesure n’est surtout pas à prendre à la légère.

L’argument exposé de la sorte semble… quasi-approximatif et on lui oppose un fait, qui est que la plupart des sociétés de portage salarial historiques ne publient pas leurs comptes. Le bon conseil de l’étude financière tourne donc court. Si l’on devait décerner un prix de la transparence financière aux sociétés de portage salarial historique, celui-ci reviendrait à Cadre en mission, dont les derniers comptes publiés sont ceux de fin 2018. Ce n’est en tout cas pas le cas de la société de portage salarial à l’origine de l’article.

En résumé, si le conseil vous semble un bon conseil, orientez-vous vers des sociétés de portage salarial qui publient leurs comptes annuels.

  • La richesse des services et des avantages proposés par la société de portage salarial

L’auteur mentionne qu’on ne le dira jamais assez, les sociétés de portage salarial ne proposent pas les mêmes services et avantages à leurs prestataires – par prestataires, nous comprenons qu’il faut comprendre salariés portés. Ces portes ouvertes ayant bel et bien été enfoncées, on s’attend à ce l’auteur mette en avant de manière concrète des services à valeur ajoutée qu’une société de portage salarial est en capacité de proposer à ses salariés portés.

Il poursuit en mentionnant plusieurs points tels que l’assistance juridique, la participation à des formations, à des évènements professionnels de premier choix, l’accompagnement dans les réponses aux offres d’appel.

Les retours d’expérience dont nous ont fait part des salariés portés ayant expérimenté certaines grosses structures sont que la plupart des formations proposées émanent des sociétés de portage salarial elles-mêmes, soit un moyen pour elles de développer du chiffre d’affaires supplémentaire. La question qui reste est : est-ce que cela va vraiment m’aider à améliorer mes compétences, à développer mon chiffre d’affaires ? Si oui, alors bravo !

La participation à des évènements professionnels de premier choix attise notre curiosité, en particulier lorsque les évènements que l’on retrouve sur les sites web concernés sont soit des formations, soit des réunions d’information. Il doit sans doute s’agir d’autres évènements de nature privée dont l’auteur ne donne pas de détail supplémentaire sur la notion de premier choix…

Concernant la possibilité d’être accompagné pour la réponse aux « offres d’appels », nous comprenons qu’il s’agisse sans doute de réponse à « appel d’offres ». Difficile d’accompagner un consultant, pour formaliser la réponse aux exigences fonctionnelles, techniques, organisationnelles d’un appel d’offres, ce qui requiert des expertises dont ne disposent pas les sociétés de portage salarial, lorsqu’on ne distingue déjà pas les appels d’offres des offres d’appels, ou peut-être des offres à la pelle ?

L’argument final que seules les entreprises de portage salarial les plus cotées proposent un large éventail de services complémentaires, semble donc surtout un argument « poudre de perlimpinpin » et ne pas répondre au qualitatif de richesse de service avancé dans l’article.

En résumé, toutes les sociétés de portage salarial proposent des services additionnels aux services de gestion administrative de base. Il convient aux potentiels salariés d’en discuter les modalités concrètes avec les sociétés de portage salarial qu’ils prospectent, pour en comprendre la teneur, la valeur et le coût, et s’il réponde à des besoins effectifs les concernant.

  •  Les frais de fonctionnement de portage proposés par l’entreprise

Sur le sujet, l’auteur indique que généralement estimé entre 5 et 10%, le taux de frais de gestion est généralement sujet à la dégressivité. On ne dépasse toujours pas le niveau des généralités dans cet article…

Pour être clair sur les sujets de dégressivité, il y a en réalité deux cas. L’entreprise peut avoir plusieurs offres, certaines très agressives avec peu de services associés et dans ce cas il est rare de mettre en place de la dégressivité, ou d’autres offres plus packagées avec des services et un mode dégressivité clairement annoncé.

Lorsqu’une dégressivité est mise en place, il peut y avoir plusieurs configurations. Soit il s’agit d’une dégressivité en fonction du temps (ancienneté), ou en fonction du chiffre d’affaires cumulé (ce que semble mentionner l’auteur concernant son entité), ou encore sous forme de plafond de montant de frais de gestion mensuel, ou enfin sous forme de formules de dégressivité dépendant chaque mois du chiffre d’affaires généré dans le mois.

L’auteur termine par un conseil de vigilance indiquant que seules les entreprises de portage les plus sérieuses proposent les taux les plus attractifs. Notre expérience est plutôt que seules les entreprises de portage salarial sérieuses proposent des frais de gestion sérieux. Balayez les offres de portage salarial les plus attractives du marché : Dès 2%, dès 3% de frais de gestion. Ce sont les offres de taux les plus attractives, et les moins sérieuses, ou les moins sincères.

Chaque entreprise de portage salarial est libre de fixer sa politique tarifaire. Nous rejoignons l’auteur sur la fourchette de 5 à 10% de frais de gestion, si toutefois il est confirmé que cette fourchette soit inclusive et ne soit pas associée à des pratiques de refacturation de frais supplémentaires, non annoncés au préalable.

Une fois de plus une société de portage salarial peut proposer des offres de différents niveaux correspondant à différents niveaux de services : avec ou sans gestion des frais professionnels, avec ou sans avance de trésorerie, avec ou sans ajustements ou lissage des rémunérations… et autres avantages et moyens d’optimisation de la rémunération des salariés portés.

Nous vous renvoyons à un autre article publié sur notre blog décryptant comment se construisent les coûts de gestion, et par conséquent les frais de gestion des sociétés de portage salarial.

  • Le niveau d’expérience de la société de portage

L’argument développé, un peu faiblement présenté, se résume ainsi. On est là depuis longtemps, donc on est sûrs, fiables et dignes de confiance.

Argument qui si on le suivait n’aurait jamais rendu possible la faillite d’Enron ou Lehman Brothers.

Argument qui si on l’appliquait à d’autres secteurs n’aurait jamais vu l’émergence ni le succès de Space-X, de Tesla, d’Amazon, des fintechs, bref, de tous ceux qui apportent une approche différente qu’il s’agisse de la performance, du niveau de service et qui font ce qui compte, dynamiser le marché et apporter de la valeur à leurs clients.

  • La côte de la société de portage auprès des entreprises clientes

Les échos que nous avons, de notre point d’observation du marché, est que les sociétés clientes grands comptes, les grands acteurs, dans la mouvance des actions RSE auxquelles elles s’astreignent massivement, se tournent de plus en plus vers des sociétés à caractère éthique, et notamment dans le domaine du portage salarial, vers les sociétés labellisées Zéro Frais Cachés. Le label Zéro Frais Caché a été initié par une association de salariés portés, la FEDEPS, en réaction aux dérives constatées, émanant d’un certain nombre d’acteurs historiques du secteur, de surfacturation de frais indus ou non annoncés. Soit une pratique trompeuse et anti-concurrentielle.

Et si l’on regarde parmi les grands acteurs du portage salarial, bien peu ont obtenu le label Zéro Frais Cachés qui est décerné suite à un audit indépendant des process et finances des sociétés de portage. Posons-nous les bonnes questions. Une société de portage salarial aux pratiques parfaitement transparentes a-t-elle un intérêt à ne pas être labellisée Zéro Frais Cachés ? A priori aucun. Donc, si elle n’adhère pas à la démarche… C’est qu’elle a des intérêts supérieurs.

La cote de la société de portage salarial auprès des entreprises clientes, ça a pu être un argument, mais l’angle d’observation est en train de changer, de la taille à l’éthique, de la valorisation aux valeurs.

Et l’argument qu’il convient sans doute mieux de regarder au lieu de, ou en plus de la cote auprès des entreprises clientes, c’est la cote auprès des salariés portés. A quand un site web indépendant des sociétés de portage salarial pour évaluer l’indice de satisfaction des salariés ?

  • L’appartenance de la société de portage à un syndicat reconnu

Voici un argument qui laisse perplexe. Une grande partie des sociétés de portage salarial sont adhérentes d’un syndicat professionnel. En quoi est-ce une garantie de service et de transparence pour les salariés portés ? Les syndicats de sociétés de portage salarial sont ce qu’ils sont, des organes de représentation des sociétés de portage salarial, et non de défense des salariés portés. Les syndicats professionnels ont-ils réellement, fortement, efficacement et sans équivoque dénoncé les pratiques de frais cachés ?

Par ailleurs, l’élégance, si l’on cite cet argument, voudrait que l’on cite les trois principaux syndicats professionnels. Le PEPS, syndicat historique, la FEPS, second en termes d’adhérents et l’UNEPS au positionnement un peu différent mais tout aussi légitime.

Donc, si vous voulez VRAIMENT savoir comment choisir votre société de portage salarial, au-delà des arguments faciles et souvent mal assemblés, de taille, d’ancienneté, de prétendue richesse des services, l’approche que l’on vous conseillerait serait plutôt la suivante :

  1. Si vous avez besoin d’être rassuré sur la santé financière de votre partenaire de portage salarial, faites une première sélection parmi les sociétés de portage salarial publiant leur comptes (voir www.societe.com). Si les comptes disponibles ont plus de 20 mois, c’est qu’ils ne sont pas à jour.
  2. Faites une seconde sélection parmi les sociétés de portage salarial labellisées Zéro Frais Cachés (adressez-vous à la FEDEPS.fr). Cela vous garantira la transparence à laquelle vous avez droit.
  3. Contactez quelqu’un d’une société de portage et ne demandez pas une brochure. Demandez à parler à quelqu’un, qu’il vous explique comment cela fonctionne chez eux, qu’il vous détaille les services, qu’il ouvre le capot et là encore fasse avec vous l’exercice de transparence requis pour vous apporter la confiance.
  4. Et surtout, ne comparez pas les offres sur la base de frais de gestion, ou de taux de restitution, nouvelle forme d’enrobage en vogue. Comparez les offres sur la base de simulations de fiches de paye. Au-delà de tous les artifices de communication, des produits d’appel, le seul juge de paix, c’est la fiche de paye, une fiche de paye qui contienne TOUTES et ne contienne QUE les charges sociales légales.

Pour en savoir plus sur Nexagora !